Une étude récente a révélé que seulement 18% des Canadiens préparent  au minimum 1 repas par jour à partir d’aliments frais. Comme les gens se sentent souvent stressés, pressés, débordés, la tendance est de chercher à simplifier les choses en achetant des produits préparés et préemballés.

Malheureusement, en plus de tout le sucre qui est ajouté dans ces produits, ceux-ci contiennent également des agents conservateurs et des additifs alimentaires.   Les agents conservateurs sont utilisés afin de préserver la fraîcheur des aliments et limiter le développement de microbes et les additifs sont utilisés afin de rehausser les saveurs et conserver l’apparence des aliments.

Auparavant, les seuls types d’agents conservateurs et d’additifs utilisés étaient le sel, les fines herbes, le vinaigre ainsi que la réfrigération.   De nos jours, les fabricants utilisent des agents conservateurs et des additifs contenant des produits chimiques ou des produits génétiquements modifiés.  

Certains de ces additifs, tel le MSG, ont été directement liés à la prise de poids et nombreux autres ne sont encore qu’au stade “d’essaie”.  Ceci dit, TOUS ces additifs “non naturels” ont un impact néfaste sur le foie, affectant ainsi indirectement la capacité de votre corps à perdre du poids.

Il faut se rappeler que c’est le travail du foie de nettoyer les toxines de votre corps (avec l’aide des reins bien sûr) donc plus il y a de toxines dans votre système, plus le foie doit travailler fort et avec le temps, celui-ci devient fatigué et commence à ralentir.  Un foie en mauvaise santé est incapable d’accomplir toutes ses tâches qui comprennent nettoyer les toxines, activer le métabolisme, régulariser le taux de glycémie et balancer les hormones. Les toxines non-éliminées restent dans le sang jusqu’à ce qu’elles soient emmagasinées dans les tissus adipeux afin d’éviter des dommages majeurs aux organes.  

Le glutamate monosodique

Le glutamate monosodique (MSG) est utilisé dans les produits afin de rehausser les saveurs et est généralement retrouvé dans les aliments transformés tels que les soupes en conserve, les sauces, les vinaigrettes, les repas congelés…  et même dans les produits pour nourrissons. Le MSG fait parti de ce que l’on appelle des excitotoxines, une classe de produits chimiques qui stimulent de manière excessive les récepteurs neuronaux. Cette stimulation excessive vient qu’à endommager et même détruire certains de nos neurotransmetteurs.

De nombreuses personnes sont très sensibles et réagissent au MSG.  Ces réactions peuvent se manifester par des crampes d’estomac, diarrhée, rougeurs à la peau, palpitations cardiaques, difficultés respiratoires, maux de tête, dépression, picotements, syndrome des jambes sans repos (SJSR), etc.

La consommation à long terme de MSG a été liée à l’obésité, aux maladies cardiaques et à divers troubles de santé mentale. Les gens ont commencé à prendre note du MSG avec l’augmentation de ce qui s’appelait à l’origine «Syndrome du restaurant chinois». Lorsque les consommateurs ont cessé d’acheter des produits contenant du MSG, les fabricants ont commencé à en changer le nom sur les étiquettes.   Le MSG a été remplacé sur les listes d’ingrédients par des noms tels que extrait de levure, extrait de levure autolysée, glutamate, glutamate monopotassique, glutamate de magnésium, glutamate de calcium, acide glutamique, protéines texturées et le caséinate de sodium. Tous des noms que la plupart des consommateurs n’associeraient pas au MSG.   

De plus, il est difficile de vraiment savoir si certains produits contiennent du MSG ou non car les fabricants peuvent indiquer “Sans MSG ajouté” sur l’emballage ce qui peut être vrai car eux n’auront pas ajouter de MSG mais cela ne veut pas dire qu’ils n’ont pas utilisé de produits contenant déjà du MSG. 

Le MSG est l’un des additifs alimentaires que je vous encourage fortement à éviter, particulièrement si vous essayez de perdre du poids. Selon les rapports de Ruthers, “dans la dernière recherche…. des scientistes ont suivi plus de 10 000 adultes en Chine pour une moyenne de 5 ans et demi.  Les chercheurs ont mesuré la consommation de MSG en pesant des produits tels que bouteilles de sauce soya, avant et après, afin de capturer combien de MSG les gens consommaient… Les hommes et les femmes qui consommaient le plus de MSG (une médiane de 5 grammes par jour) étaient environ 30% plus susceptibles d’avoir un surpoids par la fin de l’étude « .

Dans certaines études de recherche, le MSG est injecté à des souris pour les rendre obèses. Les souris ne sont pas obèses par nature et ne mangent pas de manière excessive. Les injections de MSG sont donc le moyen le plus rapide et le plus fiable. C’est la norme de l’industrie. Il existe des articles très intéressants en ligne si vous souhaitez en savoir plus.

Le MSG trompe le cerveau à croire que la nourriture consommée est incroyable. Pour ce faire, le MSG stimule excessivement le cerveau, provoquant ainsi une surproduction de dopamine ce qui procure une brève sensation de bien-être, un peu comme l’effet de drogue.   Avez-vous déjà mangé des Doritos? Avez-vous déjà remarqué comment manger des Doritos, au début, donne un sentiment de bien-être. Ils sont tellement riches en MSG que leur consommation provoque une production élevée de dopamine. Ce sentiment de bien-être (high) est addictif ce qui fait que les consommateurs en voudront encore et encore.  C’est essentiellement pour cette raison que les fabricants intègrent le MSG dans leurs aliments: pour essayer de créer une dépendance chez les consommateurs assurant ainsi une augmentation des ventes donc de revenu. En plus de causer les gens à trop manger, cette excitotoxine endommage le cerveau et altère sa capacité à répondre au signal de l’hormone leptine. La leptine est ce qui nous indique que nous sommes rassasiés.  Donc qu’arrive-t-il si notre cerveau ne répond plus au Leptine? Nous mangeons beaucoup plus que l’on devrait, donc… gain de surplus de poids. 

Additifs alimentaires

Tel que mentionné ci-dessus, les additifs alimentaires sont utilisés pour rehausser les saveurs et préserver l’apparence des aliments. 

Certains additifs alimentaires couramment retrouvés dans nos aliments sont:  

  1. Maltodextrine:  Le maltodextrine est un additif alimentaire dérivé du maïs.  Le processus de transformation consiste à faire bouillir l’amidon ou fécule de maïs, pour ensuite utiliser des acides ou des enzymes pour le décomposer en une poudre blanche.  L’amidon provient généralement de maïs ayant été modifié de façon à ce que tout insecte mordant dans le maïs meurt… généralement par l’explosion de son estomac. Il existe de plus en plus de recherches sur la relation entre ce type particulier d’OGM et le syndrome de l’intestin perméable et les allergies alimentaires.  De plus, comme si cela n’était pas suffisamment néfaste, le processus de création de cette maltodextrine peut créer de l’acide glutamique, la partie néfaste du MSG… donc cet additif alimentaire est aussi à éviter si vous avez une sensibilité au MSG, des troubles nerveux ou un trouble de santé mentale. 
  1. Phosphates d’ammonium / Phosphates de diammonium: Ces différents types de phosphates sont des additifs alimentaires utilisés pour équilibrer l’acidité / l’alcalinité d’un aliment, améliorer la couleur de la farine, maintenir la fermeté des fruits et légumes et soutenir la structure des aliments en agissant comme liant gélifiant  (binding agent). Ces phosphates sont utilisés principalement comme engrais et retardateurs de flamme pour le bois (par exemple dans la lutte contre les incendies de forêt). Ces phosphates sont aussi interdits en Europe.
     
  2. Métabisulfite de sodium: Il s’agit d’un conservateur alimentaire souvent utilisé dans les vins et les fruits secs. C’est un antimicrobien, augmentant ainsi la durée de vie d’un produit.  De plus en plus, les gens ayant une sensibilité aux sulfites ont des attaques anaphylactiques, des rougeurs de visage, des palpitations cardiaques, des difficultés respiratoires et des éruptions cutanées. Outre ces réactions, il entrave également l’absorption de la vitamine B et augmente l’excrétion de calcium. Les sulfites ont été classés comme cancérogènes probables pour l’homme par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC).

  3. Hydroxytoluène Butylé (BHT):  Le BHT est un conservateur utilisé comme additif alimentaire ainsi que dans les produits d’hygiène.  On le retrouve dans le carburéacteur, le caoutchouc et le liquide d’embaumement. Les avertissements retrouvés sur la fiche de données de sécurité de ce produit (BHT) sont: 
  1. Ne laissez pas ce produit chimique pénétrer dans l’environnement (mais c’est correct d’en manger!!!!).
  2. L’ingestion de ce produit provoque des douleurs abdominales, de la confusion, des vertiges, des nausées et des vomissements.
  3. Cette substance peut avoir des effets sur le foie

À ce jour, le BHT a été associé à des perturbations du système endocrinien, des allergies, des maladies mentales, des problèmes de foie et des reins, des anomalies congénitales, le cancer  et l’infertilité, et a été interdit en Roumanie, en Angleterre, en Suède et en Australie.

Colorant alimentaire

L’un des additifs les plus courants dans les aliments transformés est le colorant alimentaire artificiel. En Europe, tout produit contenant un colorant alimentaire doit afficher un avertissement informant les consommateurs des risques associés à la consommation de ce produit/colorant  (“In the European Union, most foods containing artificial food dyes are required to sport a warning label. These labels declare that the labeled food, “may have an adverse effect on activity and attention in children.”)   

  • Le bleu # 1 se trouve dans les produits de boulangerie, les bonbons, les céréales et les boissons non alcoolisées. Il a été démontré qu’il endommage les chromosomes dans le noyau d’une cellule, entraînant ainsi une mutation et une division incontrôlées des cellules, précurseur du cancer.
  • Le bleu n ° 2 se trouve dans les aliments pour animaux de compagnie, les breuvages et les bonbons.  Il a été démontré lors d’études chez l’animal que le bleu #2 peut mener au développement de tumeurs au cerveau. 
  • Agrume rouge n °1 et n °2: les oranges vertes sont souvent enduites de ce colorant afin de leur donner l’apparence d’être mûres. Ce colorant a également été lié au cancer et la FDA a même proposé de l’interdire. Évitez donc d’utiliser des zestes d’orange dans une recette, à moins qu’elle soit biologique
  • Le rouge n ° 3 est souvent ajouté aux garnitures à tarte aux cerises en conserve, aux cerises au marasquin, aux produits de boulangerie et à la crème glacée. L’utilisation de colorant rouge n °3 est maintenant interdite dans les produits cosmétiques et médicaments  mais est toujours autorisée pour les produits alimentaires, et cela, malgré le fait que des études ont établi un lien entre ce colorant et les ulcères, les lésions nerveuses et le cancer de la thyroïde.
  • Le jaune n ° 5 est également appelé tartrazine et est probablement le colorant le plus connu. C’est le colorant utilisé par Kraft Diner bien que suite aux pressions publiques, cette compagnie a apporté des changements dans leurs produits.   On retrouve également le colorant jaune n ° 5 dans les desserts à la gélatine, les aliments pour animaux de compagnie, les bonbons et les produits de boulangerie. La tartrazine est contaminée par plusieurs agents cancérigènes, notamment la benzidine et le 4-aminobiphényle. Il contribue aux troubles du comportement chez les enfants et peut provoquer des réactions allergiques, principalement chez les individus sensibles à l’aspirine.
  • Le jaune # 6 peut causer des tumeurs dans les glandes surrénales et les reins. On le retrouve dans les breuvages, les saucisses, les produits de boulangerie, les bonbons et la gélatine.

OGM

OGM est l’acronyme pour “organismes génétiquement modifiés”.  On entend parler d’OGM de plus en plus dû à l’éducation et sensibilisation du public.  A chaque mois de mai, partout dans le monde, il y a des manifestations demandant que les produits génétiquements modifiés soient interdits dans l’industrie alimentaire ou tout au moins, qu’il soit obligatoire que ces OGM ou l’utilisation de ceux-ci soient clairement indiqué sur les étiquettes et emballages des produits.  l’Union européenne a réussi à interdire les OGM dans leur industrie alimentaire.

Un aliment OGM signifie qu’il y a eu une modification de sa génétique  par l’implantation d’un gène d’un autre organisme (transgénèse). Ce processus a généralement un but très spécifique.  Par exemple, des gènes de vaches ont été introduit chez des cochons en espérant que la peau des cochons deviennent plus épaisse.  Des gènes d’araignées ont été introduits chez les chèvres dans l’espoir de transférer des protéines d’araignée dans le lait de chèvre pour en faire des gilets pare-balles. https://www.futura-sciences.com/tech/dossiers/technologie-biotechnologie-soie-araignees-fibre-tres-performante-121/page/2/

Ceci peut ressembler à quelque chose d’un roman de science-fiction, mais c’est réel.  Le processus de créer des mutations dans l’ADN peut avoir du positif mais cela peut aussi produire de nouveaux allergènes et toxines.

Il existe deux principaux types d’OGM dans notre système alimentaire: les cultures résistantes aux herbicides et les cultures produisant des pesticides. Les cultures résistantes aux herbicides sont conçues pour survivre à une dose de Roundup (herbicide utilisé par la compagnie Monsanto).  Le problème est que ces cultures ne sont plus que résistantes au Roundup, elles sont maintenant aussi incapable d’absorber les bonnes choses ce qui fait que ces plantes deviennent très pauvre au plan nutritionnel. De plus, l’herbicide “Roundup” a été lié à des anomalies congénitales et à d’autres troubles de la reproduction. Les animaux nourris aux grains et céréals provenant de cultures ayant utilisé l’herbicide Roundup ont perdu jusqu’à 50% de leurs grossesses et leur progéniture était 70 fois plus susceptible de présenter des anomalies congénitales.

Les cultures produisant des pesticides (généralement le maïs GMO) font en sorte que tout insect se nourrissant de la plante trouvera la mort par l’explosion de son estomac.  Qu’arrive-t-il lorsque nous, humains, mangeons les aliments provenant de telles cultures? De toute évidence, nos estomacs n’explosent pas, mais les troubles digestifs et les maladies auto-immunitaires ont considérablement augmenté. De nombreux médecins émettent l’hypothèse que l’ingestion de ce types d’aliments provoque le syndrome de l’intestin perméable.  Le syndrome de l’intestin perméable (leaky gut) se produit lorsque les intestins sont percés de minuscules trous laissant pénétrer des particules alimentaires non digérées dans le sang. Lorsque ces particules arrivent dans la circulation sanguine, elles sont attaquées par notre système immunitaire, entraînant des allergies alimentaires, maladies inflammatoires et troubles auto-immunitaires… et toutes ces affections augmentent chaque année.

Ces aliments génétiquement modifiés manquent également de nutriments. Une analyse nutritionnelle réalisée en 2012 entre le maïs génétiquement modifié et le maïs non génétiquement modifié a révélé des différences choquantes dans le contenu nutritionnel. Le maïs non génétiquement modifié contient 437 fois plus de calcium, 56 fois plus de magnésium et 7 fois plus de manganèse que le maïs génétiquement modifié.

Comment éviter les OGM?

Recherchez l’étiquette certifiée du projet sans OGM.

  • Téléchargez un guide gratuit ne contenant pas d’OGM à l’adresse www.nongmoshoppingguide.com
  • Achetez bio si possible, en particulier lorsque vous mangez les aliments et les ingrédients OGM les plus courants (répertoriés ci-dessous).
    • Soja: Lait de soja, huile de soja, protéines de soja, sauce de soja, farine de soja, isolats de soja, lécithine de soja, tofu
    • Betteraves à sucre: Cherchez du sucre de canne à la place d’un substitut de sucre naturel
    • Papaye: fruit lui-même
    • Zucchini: légume lui-même
    • luzerne: huile de luzerne
    • Maïs: sirop de maïs, amidon de maïs, dextrine, dextrose, glucose-fructose, maltodextrine, protéine végétale hydrolysée
    • Graine de coton: huile de graine de coton